La SMABTP change ses briques informatiques

Fin 2005, la mutuelle du bâtiment aura refondu son système d'information. Un chantier qui s'inscrit dans un vaste plan de transformation de la mutuelle.

Brique après brique, la mutuelle du BTP transforme son système d'information. Le chantier Cap 2005 a commencé fin 2001 et s'achèvera à la fin de l'année prochaine. « Cap 2005 ne concerne pas seulement l'informatique, précise Emmanuel Édou, directeur général de la SMABTP. C'est également un projet de création d'unités spécialisées pour la gestion des risques de masse (dommages aux biens, automobile, artisans), nos vingt directions régionales restant plus concentrées sur l'assurance construction. »

Mêmes applications pour tous

La refonte du système d'information est réalisée à partir des applications des partenaires métiers, tels que l'Auxiliaire, la CamBTP (groupe Camacte) ou Maaf-MMA. Cette stratégie permet de renforcer la collaboration de la mutuelle avec ses homologues. Par exemple, un collaborateur utilisera les mêmes applications que ses partenaires. La mutuelle a adopté le logiciel Logibat déployé par la CamBTP en assurance construction (43 % de son chiffre d'affaires en 2003). « L'application répond aux spécificités de cette branche, qui représente une masse limitée de contrats, qui sont très complexes à gérer », précise Emmanuel Édou. La SMABTP a également lancé en 2003 un projet d'« éditique », afin d'élaborer des modèles de contrats d'assurance construction. En outre, la mutuelle va migrer ses polices automobiles et MRH (près de 15 % de son CA) sur le système d'information de la Maaf.

« Ce schéma permet une évolution progressive », explique Emmanuel Édou. D'autant plus que les briques informatiques métiers sont reliées les unes aux autres par un logiciel d'EAI (Entreprise Application Integration, intégrateur d'applications servant de passerelle entre les différents logiciels métier) déployé à la fin de 2002. Le chantier Cap 2005 n'entraînera qu'une légère augmentation du budget informatique, qui atteint actuellement 3,25 % des primes encaissées, soit 42,5 ME par an. Au plan humain, près de 400 collaborateurs, sur un total de 1 900, verront leurs métiers évoluer à l'issue de Cap 2005. C'est pour la mutuelle une façon d'absorber les départs en retraite de ses salariés en automatisant certains de ses processus.

Le Magazine

ÉDITION DU 03 juillet 2020

ÉDITION DU 03 juillet 2020 Je consulte

Emploi

CEGEMA

Chargé(e) de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

Galaxy Conseil

Comptable H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

FINANCEMENT EN CREDIT-BAIL AVEC OPTION D'ACHAT HORS ENTRETIEN ET ASSURANCE D'UN VEH...

CCI de Limoges et de la Haute-Vienne Aéroport international de Limoges

07 juillet

87 - LIMOGES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La SMABTP change ses briques informatiques

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié