Les assureurs vont enfin se servir du téléphone portable

Un laboratoire d'idées, associant des assureurs, vient d'élaborer un prototype dans lequel le téléphone mobile révolutionne la gestion de sinistre.
Partager

Faire partie du secteur des services sans trouver le moyen d'exister sur le téléphone portable, c'est un peu comme être invité à une fête et regarder les autres s'amuser en restant dehors. De quoi finir par donner des démangeaisons aux assureurs pour être de la partie. Certes, quelques initiatives ont bien germé, ici ou là, pour tenter de s'approprier ce mode de connexion nomade : Inéas a proposé une souscription expresse afin d'assurer immédiatement l'achat d'une automobile, MMA a décidé d'accompagner la prévention routière par un petit test, etc. Mais rien qui ne fasse du portable un véritable outil.

Coffre-fort de données et outil d'aide à la déclaration

Cela pourrait bien changer. À l'aune des progrès technologiques, Accenture a proposé à des assureurs de se pencher sur les nouveaux usages du téléphone portable, devenu un véritable couteau suisse. Constitué comme un « think-tank » (un laboratoire d'idées), le groupe de travail a réuni le Crédit agricole, Generali, Transi lien et douze étudiants de grandes écoles (HEC, Polytechnique, Strate College Designer). Son objectif : trouver des applications commerciales pour cet objet qui fait partie du quotidien des Français. « Le secteur de l'assurance constate chaque jour que l'on ne peut plus toucher le consommateur sans passer par les nouvelles technologies et souhaite s'investir dans la conception des produits de demain », explique Axel Adida, spécialiste du marketing stratégique chez Accenture. Avant d'ajouter : « En réfléchissant à leurs besoins sur le thème des nouveaux usages du téléphone mobile - au-delà des moyens de paiement -, nous avons réussi à élaborer un prototype. »

Le « think-tank » a accouché d'un concept qui pourrait révolutionner le dédommagement et la gestion de sinistre. Le mobile deviendrait tout à la fois coffre-fort de données et outil d'aide à la déclaration. En prévention d'un dommage, il permettrait de former un « dossier d'assurance numérique » en classant, à l'aide de photographies d'objets et de factures, chacun des objets de l'habitat. Le tout transmis à l'assureur via le mobile. Lors d'un sinistre, ce dernier pourrait aussi permettre de communiquer immédiatement à l'assureur la localisation et diverses données concernant le dommage. Le back-office n'aurait plus qu'à centraliser ces informations et à organiser la suite des opérations.

Selon Accenture, les perspectives ouvertes par la progression du haut débit et la qualité des photographies via le mobile permettront de télécharger rapidement et d'opérer avec facilité grâce à un écran tactile. Le cabinet de consultants parie que si, aujourd'hui, un Français sur dix peut utiliser ce service sur un terminal de type I-Phone, en 2014, ce sera un sur deux.

Reste à adapter l'organisation du travail et les logiciels

En réalité, il s'agirait aussi d'un bouleversement au plan de l'organisation du travail et de la gestion des tâches administratives : une fois ces opérations saisies dès le sinistre par l'assuré, la mobilisation des experts et des prestataires agréés n'est plus qu'une question de logiciel et de coordination pour réserver les créneaux d'intervention. La signature électronique permet même une proposition d'indemnisation de gré à gré. « On estime qu'un retour sur investissement est possible en cinq ans », précise Axel Adida.

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

Sujets associés

NEWSLETTER La matinale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Tous les événements

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Groupe Colonna

Directeur général

Astrid Cambournac, SPVie 2022

Astrid Cambournac, SPVie 2022

SPVie

Secrétaire générale

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Groupe Leader Insurance

Directeur général opérationnel

Michèle Horner, Beazley France 2022

Michèle Horner, Beazley France 2022

Beazley

Responsable relations courtiers pour la France

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Trouvez les entreprises qui recrutent des talents

La Mutuelle Générale

CONSULTANT TRANSFORMATION SENIOR -F/H- CDI

La Mutuelle Générale - 22/12/2022 - CDI - Paris - 13ème arrondissement

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS