Audiens : entre mariage et divorce

Audiens : entre mariage et divorce

Alors qu’un rapprochement avec d’autres groupes de protection sociale professionnels est sur le point d’aboutir dans le cadre de l’Alliance Pro, Audiens doit gérer le départ de ses deux mutuelles.

Fin d’année mouvementée chez Audiens. D’ici la fin 2016, le groupe de protection sociale du spectacle et des médias devrait vivre deux événements majeurs. Tout d’abord, le projet d’Alliance Pro, dans lequel Audiens est engagé depuis plus de deux ans, devrait enfin se concrétiser. C’est en tout cas ce qu’a annoncé Éric Breux, directeur du pôle entreprises et institutions d’Audiens, lors d’un point presse organisé le 5 octobre dernier : « Nous allons envoyer notre dossier à l’Instance de coordination Agirc-Arrco-CTip (Icaac) avant la fin du mois d’octobre. Le nouvel ensemble créé pèsera plus de 12 Md€ de cotisations en ­retraite complémentaire ».

Petit rappel des faits : en octobre 2013, afin de répondre aux nouvelles exigences de réduction des coûts de gestion fixées dans l’Accord national interprofessionnel (ANI) du 13 mars 2013 sur les retraites complémentaires, Agrica, Audiens, B2V, IRP Auto, Lourmel et Pro BTP ont informé l’Agirc-Arrco de leur projet de rapprochement de leurs caisses de retraite complémentaire. Une « fusion » indispensable puisqu’aucun de ces six groupes de protection sociale (GPS) n’atteint le seuil minimum de 10 % du total des cotisations Agirc-Arrco désormais exigé par les partenaires sociaux (voir ­L’Argus n° 7462 du 17 juin 2016).

Durant deux ans, le dossier a toutefois peiné à se concrétiser. « L’Icaac a donné un avis favorable sur le principe à l’Alliance. Mais elle a néanmoins demandé des précisions sur l’opération­nalité du projet, afin notamment de voir comment celui-ci s’inscrirait dans une politique de réduction des coûts de gestion de la ­retraite complémentaire », indique ­Patrick Lalande, président du syndicat CFE-CGC des Institutions de prévoyance et de la retraite complémentaire (IRPC). Des précisions apportées dans le nouveau dossier qui doit être envoyé avant fin octobre.

Une union mouvante...

Par ailleurs, tous les acteurs à ­l’origine de l’Alliance Pro ne sont aujourd’hui plus de la noce. « ­Audiens, Pro BTP et Lourmel font toujours partie du projet. En ­revanche, l’IRP Auto et Agrica sont en train d’explorer le champ des possibles en matière de rapprochement », précise Éric Breux. Et la ­situation du groupe B2V n’est pas stabilisée (voir L’Argus n° 7462). « Malgré ces mouvements, nous dépasserons toujours le seuil minimal de 10 % », assure le dirigeant d’Audiens. L’Alliance pourrait même dépasser le périmètre des retraites complémentaires. « Ce serait intéressant de pouvoir proposer l’offre voyages de Pro BTP – l’une des plus importantes en France – à nos entreprises adhérentes », souffle un des protagonistes.

Si le mariage de l’Alliance Pro s’annonce donc heureux, Audiens est confronté dans le même temps à un divorce inattendu. Le 21 juin dernier, les assemblées générales de la Mutuelle Audiens de la presse, du spectacle et de la commu­nication, et de la mutuelle des réalisations sanitaires et sociales de la communication (MRSSC) ont en effet décidé de claquer la porte. Le groupe invoque des ­divergences sur la gouvernance de la future SGAPS (société de groupe d’assurance de protection sociale). « Bien que la Mutuelle Audiens représente 15 % des encaissements en assurances de personnes, ces représentants exigeaient 50 % des sièges au conseil d’administration de la ­future SGAPS. Une proposition refusée finalement par Audiens Prévoyance, notamment pour ne pas casser les principes paritaires en vigueur au sein du groupe », précise Éric Breux.

Une séparation qui coûtera À audiens 15 % de son chiffre d’affaires assurance de personnes

  • 284 M€ pour Audiens Prévoyance
  • 52 M€ pour la Mutuelle Audiens

Si « la négociation sur la SGAPS a cristallisé les tensions », le président de la Mutuelle Audiens, Laurent Joseph, met en avant des divergences plus anciennes et profondes. « Nous avions une vision stratégique non partagée. Nous ­revendiquions la constitution d’un pôle mutualiste, or le groupe a bloqué toute tentative de rapprochement avec des mutuelles des autres groupes de l’Alliance Pro », précise le président CGT de la mutuelle, qui évoque par ailleurs la répartition du portefeuille santé (voir chiffres ci-dessus) et l’activité de l’organisme mutualiste principalement centrée sur les contrats individuels. « La généralisation de la complémentaire santé exigeait de revoir le positionnement de la mutuelle, sous peine d’être voué à disparaître », ­explique Laurent Joseph.

Un projet d’Audiens concurrent du centre de santé René-Laborie de la rue de Turbigo (Paris IIe), géré par la MRSSC, aurait également pesé dans la décision.

Les mutuelles ont jusqu’au 31 décembre 2017 pour quitter le groupe paritaire. « Devant la politique de dénigrement actuel regrettable que nous subissons, nous allons toutefois accélérer le processus », explique Laurent Joseph.

... et de nouveaux alliés

Les deux organismes ont de fait déjà lancé une procédure afin de trouver un nouveau partenaire, et retenu pour le moment trois acteurs du monde de l’assurance – Klesia, Macif et Harmonie ­Mutuelle. Un départ aux conséquences minimisées par la direction d’Audiens. « Les mutuelles représentaient 3 % des encaissements du groupe. Ce départ n’est donc pas une catastrophe. Notre développement et notre attractivité ne seront pas impactés », estime Éric Breux. La reconstruction d’un pôle mutualiste au sein d’Audiens est-elle pour autant envisageable ? « Tout est possible. Une structure mutualiste offre des possibilités que n’offre pas une institution de prévoyance. Mais pour l’instant, nous gérons le divorce. Pas question de s’inscrire déjà sur Meetic ! »

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance Dommages-Ouvrage et tous risques chantier pour l'opération "Réhabilitatio...

Communauté Commune Golfe de St Tropez

17 février

83 - COGOLIN

Marché de services bancaires.

URSSAF Languedoc-Roussilon

17 février

34 - URSSAF DE L'HERAULT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Audiens : entre mariage et divorce

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié