Stress test 2015 : les explications de l’ACPR (Sandrine Lemery)

Stress test 2015 : les explications de l’ACPR (Sandrine Lemery)
Sandrine Lemery, première secrétaire générale adjointe de l’ACPR : «Nous ne sommes pas en train de dire qu’il y a un péril immédiat, mais il est important de se poser toutes les questions qu’impose cette situation de taux.»

L’ACPR souhaite que dans le cadre de l’exercice européen d’Orsa 2015, les assureurs aillent suffisamment loin dans l’analyse de l’impact d’une situation durable de taux bas ou de remontée des taux, ce après un constat mitigé sur les scénarios appliqués en 2014. Explications de Sandrine Lemery, première secrétaire générale adjointe de l’ACPR, en charge des assurances.

Consciente que les tests de résistance conduits par le superviseur européen des assurance (Eiopa) fin 2014 sur la base des comptes 2013 des assureurs sont aujourd’hui quelque peu périmés, l’ACPR a décidé de muscler l’exercice européen de préparation à l’Orsa. L’objectif ? «Pouvoir mesurer le taux de couverture, par le marché français, des futures exigences de Solvabilité 2, sur un horizon de cinq ans et s’assurer que les organes de direction des entreprises ont bien pris conscience de l’environnement de taux et l’intègre dans leur stratégie commerciale, la gestion de leurs encours et leur politique de rémunération des contrats», explique à l’Argus de l’assurance Sandrine Lemery, première secrétaire générale adjointe de l’ACPR, en charge des assurances. Sont tout particulièrement visés les organismes d’assurance vie ou mixtes qui portent des risques longs.

Baisse des taux de couverture

Rassurants sur la santé des organismes européens à fin 2013, les derniers stress tests de l’Eiopa, dont les résultats ont été dévoilés en fin d’année dernière, montraient aussi la vulnérabilité des assureurs vie européens en cas de scénario «à la japonaise» : dans un environnement prolongé de taux très bas, près du quart seraient dans l’incapacité de couvrir leur capital de solvabilité requis (SCR). Or, les taux ont beaucoup baissé depuis la fin 2014. «Nous ne disposons pas encore des chiffres 2014, mais il est évident que les taux de couverture du marché ont baissé depuis, prévient Sandrine Lemery. Il faut se préparer à cette situation, et regarder l’impact de taux durablement bas, avec la possibilité d’une remontée brutale quand la politique d’assouplissement quantitatif de la BCE prendra fin. Or, le bon endroit pour se poser ces question est l’exercice ORSA 2015, comme nous l’avions déjà indiqué au marché fin décembre dernier». L’Eiopa avait publié l’année dernière les consignes de cet exercice européen, et une bonne partie des organismes avaient d’ailleurs testé l'exercice en 2014.

Impliquer les organes de direction

Mais le collège de l’ACPR a émis le souhait que les scénarios testés soient à la fois bien adaptés au marché français, comparables, et un peu plus « mordants » que les scénarios que l’on avait pu voir dans les Orsa 2014. «Nous ne sommes pas en train de dire qu’il y a un péril immédiat, mais il est important de se poser toutes les questions qu’impose cette situation de taux», explique Sandrine Lemery. Et d’ajouter : «Nous souhaitons nous assurer que les conseils d’administration et les directions générales des organismes ont bien pris la mesure de cette situation pour leur cas individuel.»

Deux scénarios de stress

Comme l’indique la notice qui sera bientôt adressée aux organismes, et déjà en ligne sur le site de l’ACPR, deux scénarios sont envisagés sur la période 2015-2019 : un scénario prolongeant les tendances actuelles et d’inflation faible (ou négative) et de bas niveau des taux d’intérêt ; un deuxième scénario de maintien du bas niveau des taux d’intérêt pendant 3 ans, puis une hausse brutale de l’inflation et des taux d’intérêt en 2018.

Information confidentielle

Vraisemblablement pour éviter que ce stress test ne vire à l’opération vérité et ne panique le marché, l’ACPR en nuance toutefois la portée. «Cette démarche s’inscrit dans le cadre des contacts réguliers entre l’ACPR et les organismes d’assurance. C’est un instrument du contrôle prudentiel individuel : bien identifier les acteurs qui seraient les plus en difficultés, tout en assurant la confidentialité de cette information. Il n’est pas non plus envisagé, à ce stade, de publication des résultats consolidés sur l’ensemble du marché  français», rassure Sandrine Lemery.

Le stress test 2015  de l’ACPR en bref

L'objectif 
: «Identifier les vulnérabilités des organismes français dans [l’] environnement de taux bas, d’en mesurer l’ampleur et de définir les moyens d’actions adéquats permettant d’y répondre ».

Les organismes concernés : l’ensemble des organismes d’assurance français sur base sociale soumis à Solvabilité 2 au 1er janvier 2016. L’exercice est « obligatoire » pour les organismes ayant des engagements « vie » ou « mixte » ; « vivement recommandé » pour les organismes ayant des engagements « non vie » de long terme ; « conseillé » à tous les autres.

Les scénarios : vont être testés un scénario de référence et deux scénarios de stress sur la période 2015-2019. Scénario 1 : maintien sur la période 2015 – 2019 d’une situation d’inflation négative (-0,4%), telle qu’observée au 1er trimestre 2015, et de taux très bas voire négatifs. Scénario 2 : Maintien de taux très bas sur la période 2015 – 2017 puis remontée brutale  des taux d’intérêt (+ 450 points de base) et de l’inflation (passant de -0,4% à 3,6%) en 2018.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de services en assurances.

Ville de Caluire et Cuire

19 mai

69 - CALUIRE ET CUIRE

Prestations de service d'assurances diverses

Ville de St Gervais les Bains

19 mai

74 - ST GERVAIS LES BAINS

Prestations d'assurance.

Centre hospitalier Pierre Oudot

19 mai

38 - BOURGOIN JALLIEU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Stress test 2015 : les explications de l’ACPR (Sandrine Lemery)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié