Big data, intelligence artificielle... Les assureurs protègent mal leurs données

Big data, intelligence artificielle... Les assureurs protègent mal leurs données
metamorworks_PA / Getty Images / iStockphoto

La révolution du big data et de l’intelligence artificielle devrait contraindre les assureurs à mettre en place un processus d’authentification des données.

Alors que la data devient le nerf de la guerre, les assureurs sont peu nombreux à garantir la fiabilité de leurs données. Selon une étude du cabinet Accenture, menée auprès de plus de 600 assureurs et experts du sec­teur dans 25 pays, dont la France, seuls 26 % des assureurs valident et approuvent leurs données, et 19 % les valident mais ne sont pas certains de leur qualité. Cela est surprenant si l’on considère que 82 % des répondants estiment que leur entreprise doit innover plus rapidement pour maintenir un avantage concurrentiel, et pour cela accéder à de nouvelles sources de données.

Tandis que les assureurs se reposent davantage sur les données pour prendre des décisions importantes, ils doivent identifier et empêcher les parties prenan­tes de manipuler les données en leur faveur. Un tiers (34 %) des assureurs interrogés ont subi des pratiques telles que la fraude par les bots, ou la falsification de données de capteurs ou de localisation, tandis qu’un autre tiers (32 %) pensent avoir subi une attaque, sans avoir pu le vérifier.

Risques de falsification

Le rapport note qu’identifier les processus qui incitent à la manipulation est une étape clé pour améliorer la fiabilité des données. « Alors que leur secteur est à la limite de la disruption, les assureurs ont le sentiment de devoir réinventer leur activité. De ce fait, l’afflux de données clients offre une grande opportunité d’y parvenir », explique Marc Monpeurt, directeur exécutif chez Accen­ture, avant d’ajouter : « Les assureurs doivent examiner leur manière de vérifier, de protéger et d’utiliser les données. Ils doivent non seulement garantir la sécu­rité et l’éthique de celles-ci, mais également disposer de capacités d’évaluation afin de s’assurer de l’exactitude des données qu’ils utilisent pour prendre leurs décisions. Les assureurs peu­vent améliorer la confiance des consommateurs, les inciter à partager leurs données et montrer que celles-ci seront utilisées de manière responsable. »

« Éduquer » l’IA

Une autre tendance, qui devrait réécrire les règles de l’assurance au cours de la prochaine décennie, note le rapport, est l’« IA citoyenne ». En effet, l’évolution et l’adoption rapide de l’IA vont obliger les assureurs à « éduquer » l’IA pour s’assurer que les machines sont bien formées et qu’elles prennent des décisions éthiques. Le rapport suggère que les assureurs créent une activité de data intelligence permettant de s’assurer de l’authenticité des don­nées. à partir des capacités exis­tantes en matière de science des données et de cybersécurité, ces personnes évalueraient les données, détermineraient les ris­ques associés à leur flux et décideraient du niveau de risque acceptable en fonction des priorités de l’entreprise et des conséquences des décisions automatisées.

« Les données ont toujours été au cœur du secteur de l’assurance, permettant aux assureurs d’optimiser les prix, les risques et les déci­sions opérationnelles », rappel­le Marc Monpeurt. « Les avantages qu’apportent des données précises et en temps réel aux consommateurs peuvent être considérables. Ils doivent être incités à réduire leur exposition aux risques et aux pertes de données. Quelles que soient les opportunités qu’offrent les données, les assureurs courent de réels risques s’ils ne les valident pas. Heureu­sement, il existe des mesures que les assureurs peuvent mettre en œuvre dès maintenant, comme la création d’un département dédié aux données dans le but de les vérifier et de réduire les risques liés à la manipulation de ces données. »

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Big data, intelligence artificielle... Les assureurs protègent mal leurs données

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié