Comment ça marche : les fonds de venture capital (VC)

Comment ça marche : les fonds de venture capital (VC)
Les fonds de capital-risque fournissent aux start-up le carburant nécessaire à leur décollage. © Getty Images / iStockphoto

Start-up et assurtech se développent rapidement. Derrière elles se cachent des fonds de venture capital qui financent leur démarrage et leur croissance. Mode d’emploi.

Le venture capital (VC) consiste à prendre des participations dans des jeunes pousses, start-up ou PME, afin de soutenir leur création et / ou les premières phases de leur activité (développement du produit et première commercialisation). Selon la maturité du projet à financer, les fonds VC interviennent lors de plusieurs phases :

- Seed ou amorçage

Il s’agit du premier stade d’investissement externe d’une start-up. à ce niveau, l’entreprise a développé une première version de son produit et dispose d’une petite base de clients. En France, les tickets d’investissement sont compris entre 300 000 et 1 M€.

- Séries A, B, C

La Série A désigne en France les tours de table compris entre 1 et 5 M€. Le financement est utilisé pour la croissance et la structuration de l’entreprise, y compris à l’international.

Les Séries B, C et au-delà dési­gnent les tours de table suivants. à ce stade, la start-up est déjà deve­nue un acteur important de son marché et doit accélérer, notamment pour se développer à l’international ou acquérir des compétiteurs. En France, les montants se situent généralement entre 5 et 50 M€. L’assurtech française Shift Technology vient ainsi de réaliser une nouvelle levée de fonds de série C de 60 M\$ (53 M€), menée par le fonds américain Bessemer Venture Partners.

- Growth equity

Cette notion désigne le fait que la start-up devient une PME. Cela signifie que son objectif principal n’est plus la croissance à tout prix mais la profitabilité, avec pour objectif final l’entrée en Bourse ou le rachat.

Les fonds VC sont plus répandus aux états-Unis, où ils ont accompa­gné le développement de la Silicon Valley. Généralement montés par des pionniers de la tech, ils lèvent des fonds auprès d’investisseurs institutionnels : assureurs, fonds de pension, family offices. Ces derniers investissent dans les fonds VC sur une période de cinq à sept ans. Au cours de la durée de vie du fonds, les VC construisent un portefeuille de start-up qu’ils vont accompagner en leur donnant les moyens de devenir suffisamment attractives pour être finalement rachetées ou entrer en Bourse. Cette dernière étape, que l’on appelle l’« exit » – ou la sortie – permet au fonds VC de récupérer sa mise de départ multipliée par la valeur acquise par la start-up.

Le cash récolté permet ensuite d’être reversé au fonds VC et aux investisseurs initiaux. Les investisseurs sont donc rémunérés par la plus-value qu’ils réalisent au moment de la cession de leurs titres. Ils prennent donc le risque de ne pas pouvoir revendre leurs parts dans le délai qu’ils souhaitent ou même de tout perdre si l’entreprise disparaît… Il est, en effet, assez courant qu’une jeune pousse mette la clé sous la porte dans les cinq premières années suivant sa création : c’est ce que l’on appelle « la vallée de la mort ».

Des industriels ou des entreprises peuvent aussi monter en interne leur propre fonds VC, c’est ce qu’on appelle le corporate venture. C’est le cas du fonds Maif Avenir doté d’une enveloppe de 250 M€, ou encore de Axa Venture Partners qui gère 425 M\$ (420 M€) d’investissements directs.

Les chiffres

  • Record de levées de fonds en 2018 3,624 Md€ pour 645 opérations
  • Les investissements dans les Fintech en 2018 221 M€ pour 31 opérations
    Source : EY, baromètre du capital-risque 2018

Emploi

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

Futur Associé H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Comment ça marche : les fonds de venture capital (VC)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié