Coronavirus : l’exécutif veut soutenir les assurtech et fintech

Coronavirus : l’exécutif veut soutenir les assurtech et fintech
Le secrétaire d'État au numérique Cédric O a annoncé une palette de mesures de soutien aux start-up innovantes. © Pierre Metivier / Creative Commons

Le secrétaire d’État chargé du numérique Cédric O a annoncé plusieurs mesures d’aide pour les start-up en quête de financements dans cette période complexe – notamment pour celles cherchant à lever des fonds à court terme.

Après deux années fastes, l’écosystème assurtech – et plus généralement fintechrisque de connaître une année 2020 difficile. La pandémie de Covid-19 en cours impacte en effet directement ces structures, souvent de taille modeste, et qui cherchaient encore il y a quelques semaines à consolider leurs fondations. L’exécutif, par la voix du secrétaire d’État chargé du numérique Cédric O, a présenté cette semaine plusieurs mesures pour les soutenir spécifiquement, en parallèle des mesures à destination des petites entreprises.

Une enveloppe de 160 millions d’euros (à moitié financée par des investisseurs privés, à moitié par le Programme d’investissements d’avenir ou PIA) est ainsi réservée aux start-up qui étaient en cours de levées de fonds ou qui devaient en réaliser une très prochainement… et se retrouvent en difficulté en raison de la contraction brutale du capital-risque. Ces financements prennent la forme d’obligations avec accès possible au capital des assurtech et fintech bénéficiaires de ce dispositif. L’enveloppe financée par le PIA est gérée par Bpifrance.

Soutien accru à l'innovation

Bpifrance et l’Ademe accélèrent par ailleurs le paiement des aides à l’innovation du PIA d’ores et déjà attribuées – mais pas encore versées – pour un montant total estimé de 250 millions d’euros. Les investissements de Bpifrance sont également maintenus pour l’année 2020, avec près d’1,3 milliard d’euros d’aides à l’innovation.

Des prêts de trésorerie vont également être distribués par les banques privées et Bpifrance à destination de ces jeunes pousses, prêts adossés à la garantie de 300 milliards d’euros de l’État adoptée en loi de finances rectificative. Ces prêts devraient représenter un total de deux milliards d’euros environ.

« Les start-up ont un poids croissant dans l’économie, en particulier dans les emplois (…) Du fait de la spécificité de leur modèle de développement, il convenait de prendre des mesures d’urgence dédiées afin de soutenir, aux côtés de leurs actionnaires, celles dont l’activité est fortement affectée par le COVID-19. Au total, ce sont près de 4 milliards d’euros dont vont pouvoir bénéficier les start-up pour leur trésorerie », souligne Cédric O.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 juillet 2020

couverture indisponible Je consulte

Emploi

Marche de Bretagne

Mandataires Indépendants H/F

Postuler

MNCAP

Responsable Contrôle interne et fonction clé gestion des risques H/F en CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Fourniture de cartes carburant et services associés

Régie Lignes d'Azur

14 juillet

06 - REGIE LIGNE D'AZUR

Marché d'assurances pour la Régie des Eaux du Pays Bastiais

Acqua-Publica - La Régie des Eaux du Pays Bastiais

14 juillet

20 - Bastia

Fourniture au profit des services de l'État et ses établissements publics, de carbu...

DCSEA - Direction Centrale du Service Ema des Essences des Armées

14 juillet

75 - DCSEA EMA

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Coronavirus : l’exécutif veut soutenir les assurtech et fintech

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié