[DOSSIER] Les courtiers des cent principales entreprises françaises 6/12

L'exception assurantielle française

En France, le marché de l'assurance enregistre un retour, ou, tout du moins, une continuité, dans la stabilité affichée au niveau des tarifs, contrairement aux Allemands et aux Italiens. Une sérénité retrouvée, notamment en dommages, qui s'explique par le nouvel appétit de certains acteurs.

La France se tient à l'écart des tensions tarifaires que ressentent certains autres pays européens. En effet, « nous restons encore sur un marché en apparence « soft » (1) dans la quasi-totalité des branches », confie Jean Rondard, directeur de Gras Savoye Corporate Risk Management. En responsabilité civile, par exemple, aucun retournement en vue en raison de la capacité dégagée par les fournisseurs assurantiels. L'Amrae annonçait même en fin d'année 2013 des baisses de l'ordre de 10% sur certaines affaires de qualité. Baisse de tarif qui s'accompagne généralement de nouvelles garanties et d'une hausse significative de la capacité.

En dommages, le même constat prédomine. « Avec l'arrivée de nouveaux acteurs, nous sommes sur une branche dommages fortement capacitaire et compétitive pour les renouvellements d'affaires peu exposées », estime François Leduc, directeur général adjoint de Verspieren. Certains assureurs, d'ailleurs, se redéploient sur cette branche, tel AIG qui déclare dégager une capacité mondiale de près d'1 Md€.

Retour au calme

Ainsi, alors que les risques d'événements naturels menaçaient à la hausse, le retour au calme est annoncé, ayant pour effet de stabiliser le niveau des primes d'assurance. « L'impact de la couverture des risques naturels est situé sur les lignes davantage excess (2) qui sont fortement concurrentielles et capacitaires. Cette situation permet d'expliquer la stabilité tarifaire sur les grands comptes », lance Hervé Houdard, directeur général de Siaci Saint Honoré.

Au niveau des lignes financières concernant le secteur commercial, il y a, selon Anne Charon, CEO de Zurich France, « une capacité et une concurrence de plus en plus importante sur la branche responsabilité civile des mandataires sociaux (RCMS), provoquée notamment par l'absence de sinistres majeurs ainsi que par le nombre important d'acteurs sur ce marché ». Une forte capacité qui maintient les conditions tarifaires à un niveau très compétitif. De son côté, Éric Maumy, directeur général de Verlingue, se révèle plus mesuré : « Certes, nous sommes sur un marché assez atone d'un point de vue tarifaire. En revanche, nous sommes loin des variations erratiques qu'a pu connaître le marché par le passé, avec des assureurs qui sont devenus plus sélectifs quant à la qualité du risque couvert. »

Seule réelle exception sur le marché français des grands comptes, l'automobile. Comme dans les autres pays européens, les assureurs sont de plus en plus sélectifs. « En automobile, les acteurs sont aussi moins nombreux, car nous sommes sur un marché où les compagnies doivent avoir des outils de gestion performants et proposer un accompagnement à l'international », estime Laurent Belhout directeur général d'Aon Risk Solutions.

Partenariats sur la durée

Pour autant, le marché hexagonal de l'assurance se différencie aussi de ses voisins européens par le retour depuis l'an dernier des LTA (long term agreement) sur différentes branches assurantielles. « Nous nous inscrivons dans l'accompagnement sur le long terme avec nos clients. Ce sont réellement des partenariats construits sur la durée », confie Patrick de la Morinerie, directeur général adjoint d'Axa Corporate Solutions. Et Marc Michoullier, directeur général adjoint et membre du directoire de Marsh France de conclure : « Tout le monde cherche de la continuité et de la sécurité. La mise en place plus nombreuse des LTA, notamment en dommages, est un élément qui explique cette stabilité de marché. »

1. Dit d'un marché compétitif tant en termes tarifaires qu'au niveau capacités.

2. Dit des lignes de polices excédentaires permettant à l'assuré d'augmenter son niveau de protection disponible.

ITALIE

  • Responsabilité : ce segment connaît encore une demande élevée, accompagnée d'une forte capacité impliquant une stabilité des tarifs.
  • Dommages : le marché est toujours « soft », à l'exception importante des risques de catastrophe naturelle, où la capacité est de plus en plus chère, également en exces (2).
  • Lignes financières : le marché de la RC des mandataires sociaux se durcit sur certaines garanties spécifiques, comme celles liées aux frais de justice, qui sont de plus en plus limitées.

ALLEMAGNE

  • Responsabilité : des réductions ont encore été enregistrées sur les bons risques, grâce à un bon ratio combiné des assureurs. Des optimisations sont encore possibles au niveau des termes et conditions.
  • Dommages : en catastrophes naturelles, les premières lignes des programmes d'assurance s'inscrivent à la hausse et avec des capacités encore réduites. Les long term agreements (LTA) ne sont pas non plus de retour. Les contrats s'étalent sur une durée maximale de deux ans.
  • Automobile : branche toujours déficitaire pour les assureurs, avec des ratios combinés encore supérieurs à 100%.

ROYAUME-UNI

  • Responsabilité : ces dernières années, ce risque a suscité une attention accrue des assureurs, impliquant des analyses de risques poussées, afin de délimiter les premiers niveaux de couverture nécessaires.
  • Dommages : les compagnies sont toujours très vigilantes sur la problématique des risques catastrophes naturelles.
  • Risques émergents : le risque de réputation amène à penser à des couvertures couvrant l'impact direct ou indirect sur l'activité des entreprises, avec un accent particulier sur des garanties liées aux coûts de gestion de crise et de résilience de production.

FRANCE

  • Responsabilité : retour à des baisses tarifaires pouvant atteindre 10%, et ce avec une capacité plus importante et un renforcement de certaines garanties comme la responsabilité environnementale et les cyber-risks.
  • Dommages : une amélioration des couvertures est attendue, ainsi qu'une hausse des capacités estimée à 15%. En termes tarifaires, le marché s'inscrit dans une tendance stable, voire baissière.
  • Lignes financières : de nouveaux entrants en responsabilité civile des mandataires sociaux (RCMS) permettent d'intensifier la capacité et rendent ce segment très compétitifs.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 18 septembre 2020

ÉDITION DU 18 septembre 2020 Je consulte

Emploi

ASSURANCES TOUSSAINT-PAJOT-SEVIN

AGENT GÉNÉRAL ASSOCIÉ H/F

Postuler

SAS COHEN CORPORATE ASSURANCES

Commerciaux Sédentaires H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Location d'un véhicule réfrigéré pour la cuisine centrale

Ville de Montgeron

19 septembre

91 - Montgeron

Assurance multirisque du patrimoine mobilier et immobilier ainsi que les foyers

Grand Lyon Habitat

19 septembre

69 - GRAND LYON HABITAT

Prestation d'assurance

Ville de Champigny sur Marne

19 septembre

94 - CHAMPIGNY SUR MARNE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

L'exception assurantielle française

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié