La crise se fait sentir, mais le secteur de l'assurance reste rentable

Turbulences financières et crise économique ont pénalisé la rentabilité du secteur entre 2005 et 2010, mais ont aussi amené nombre d'acteurs à réorienter leurs activités.

Cette période 2005-2010, sur laquelle porte l'étude « Croissance et rentabilité » du cabinet d'études Facts et Figures, aura été marquée par de nombreux bouleversements sur le marché français de l'assurance. Crise financière suivie d'une période de marasme économique, débats sur les évolutions futures des normes prudentielles, concurrence exacerbée... : ces facteurs ont imprimé leur marque sur le secteur. Sur le périmètre des acteurs régis par le code des assurances, Facts et Figures rapporte une baisse de quatre points de ROE (1), de 11,1% en 2005 à 7% en 2010.

Sur cinq ans, l'assurance dommages a généré un ROE de 10,8%, soit près de deux points de mieux que l'assurance vie, marquant une rupture avec les années passées. Néanmoins, comme le souligne Cyrille Chartier-Kastler, président de Facts et Figures, « malgré la crise, le marché dégage tout de même un ROE de 7% en 2010 en assurance vie ». Toutefois, cette résistance pourrait n'être que passagère, les effets de la crise pouvant se faire sentir à retardement et de manière plus marquée après 2010.

Les agents, rois de la rentabilité

Cette vision d'ensemble cache de grandes disparités. Ainsi, les agents généraux affichent les meilleures performances sur cinq ans avec un ROE moyen, toutes activités confondues, de 13,6%, juste devant les courtiers (13,2%) et assez loin devant les bancassureurs (10,8%). Ce sont ces derniers qui dégagent le meilleur ROE en assurance dommages (16,7%), alors que les courtiers arrivent en tête en assurance vie (11,6%). « Ils ont bénéficié des bons résultats techniques enregistrés en risques des professionnels et des entreprises et de la profitabilité de l'assurance collective », observe Cyrille Chartier-Kastler. Dans le cas des bancassureurs, c'est « leur bon pilotage commercial, leur sélection des risques et leur capacité à vendre des produits générant de petites primes mais de bons résultats techniques » qui ont fait la différence.

En revanche, les mutuelles sans intermédiaires (MSI) affichent des performances nettement inférieures à celles du marché. Leur ROE, toutes activités confondues, s'établit à 5,9% sur cinq ans, soit près de quatre points de moins que la moyenne générale. L'écart est encore plus marqué en assurance dommages (cinq points). Ce phénomène s'explique notamment par « leur politique de tarification basée sur la restitution de la valeur générée aux sociétaires », selon Cyrille Chartier-Kastler, mais aussi par une plus grande sensibilité aux événements climatiques, du fait de l'importance de l'assurance dommages dans leur activité.

Après les différences entre réseaux de distribution, d'importants écarts sont aussi à signaler au sein de chacune des familles d'acteurs. Le phénomène est très marqué au sein des MSI. Les deux premières, la GMF et la Maaf, avec un ROE moyen sur cinq ans qui se situe respectivement à 10,4% et à 9,6%, devancent très nettement les autres.

À part ce duo de tête, seule SMABTP parvient, avec 7,8%, à faire mieux que la moyenne des MSI (5,9%). « La GMF et la Maaf profitent des synergies qu'offre le modèle intégré de Covéa », note Cyrille Chartier-Kastler. Les trois mutuelles du groupe Sferen (Macif, Maif, Matmut), dont le ROE moyen se situe entre 4,2% et 5,1%, devraient donc voir leurs performances s'améliorer au fur et à mesure que la mutualisation prendra de l'ampleur au sein de leur Sgam créée fin 2009.

Cap sur la prévoyance-santé

Du côté des bancassureurs, la situation est plus homogène. Seuls BNP Paribas (14,2%) et Société générale (7,9%) s'écartent véritablement de la moyenne de leur catégorie (10,8 %). Parmi les compagnies traditionnelles, qui affichent dans l'ensemble de meilleures performances que le marché, Axa France se démarque très nettement avec un ROE moyen de 18,9 %, soit 6,5 points de mieux que la moyenne. Il devance Generali (13,8%), Allianz (13,6%) et Aviva (12,7%), tous trois quasiment au coude à coude, alors que Swiss Life (6,1%) et MMA (4,9%) figurent en queue de peloton avec un ROE moyen de 6,1% pour le premier et de 4,9% pour le second.

Côté activité, le marché a enregistré une croissance annuelle moyenne de chiffre d'affaires de 3,9 % entre 2005 et 2010. Sur cette période, Facts et Figures observe une réorientation des activités vers la santé et la prévoyance, segments qui pesaient 15,1% du chiffre d'affaires du secteur en 2010 contre 12,3% cinq ans plus tôt. Une tendance particulièrement marquée du côté des bancassureurs, qui délaissent l'épargne au profit des « activités à risques ». Les partenariats constituent le mode de distribution qui enregistre la plus forte croissance de chiffre d'affaires (9,7% en moyenne sur cinq ans).

1. ROE comptable (return on equity, retour sur fonds propres) : résultat net d'une année divisé par les fonds propres au bilan de l'année précédente.

2. PNA (produit net d'assurance) : chiffre d'affaires de l'ensemble des activités d'assurance, intégrant un retraitement du poids de l'assurance vie.

Malgré la crise, le marché dégage tout de même un ROE de 7% en 2010 en assurance vie.

Cyrille Chartier-Kastler, président de Facts et Figures

 

AXA, NUMÉRO UN DE LA RENTABILITÉ EN 2010

  • 1ER Axa : 14,9%
  • 2E Crédit mutuel : 11,8%
  • 3E Aviva : 10,8 %
  • 4E BNP Paribas : 10,1%
  • 5E BPCE : 9,0 %
  • 6E Generali : 7,9%
  • 7E Allianz : 7,7%
  • 8E Crédit agricole : 7,6%
  • 9E GMF : 7,3%
  • 10E HSBC : 7,0 % Classement fondé sur le ROE comptable 2010.

Source : étude « Croissance et rentabilité », Facts et Figures, 2012

 

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 24 septembre 2021

ÉDITION DU 24 septembre 2021 Je consulte

Emploi

Natixis Assurances

GESTIONNAIRE INDEMNISATION CADRE H/F

Postuler

Assurances Mutuelles de Picardie

RESPONSABLE POLE SINISTRES H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Désignation d'un Commissaire aux comptes 2022-2027

Nantes Métropole Habitat, OPH de la Métropole Nantaise

17 septembre

44 - NANTES METROPOLE HABITAT

Prestation de DPO (Data Privacy Officer) externalisée.

Agence Nationale des Fréquences

17 septembre

94 - ANFR

Marché d'assurances.

Ville de Plombières les Bains

17 septembre

88 - PLOMBIERES LES BAINS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La crise se fait sentir, mais le secteur de l'assurance reste rentable

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié