Tiers payant : les opticiens indépendants s'organisent

Tiers payant : les opticiens indépendants s'organisent
Marianne Binst, directrice générale de la société de services Santéclair © LAETITIA DUARTE
Une centrale d'achats d'opticiens indépendants veut simplifier la pratique du tiers payant, dont la gestion est jugée coûteuse et complexe, comme le souligne une étude qu'elle a commandée.

Le tiers payant est devenu inévitable, mais ce n'est pas une sinécure. C'est la conclusion qui s'impose à la lecture de l'étude réalisée par Gallileo Business Consulting pour la Centrale des opticiens (CDO), la première centrale d'achats pour opticiens indépendants, auprès de 607 de ses quelque 2 000 membres.

Signe de ce constat, le degré de pratique du tiers payant. Alors que 93% des sondés l'appliquent, seuls 6 clients sur 10 en bénéficient lors de l'achat de leurs lunettes. En outre, 28% des opticiens n'y recourent que lorsque le client le demande, et 2% lorsqu'il y a un risque de perdre une vente !

Trop de dossiers jamais remboursés

Si près de la moitié des professionnels préfère s'en tenir à des facilités de paiement (trois chèques étalés dans le temps ou encaissement après remboursement par la mutuelle), c'est parce que le tiers payant est une tâche jugée chronophage et coûteuse. En outre, 74% des opticiens indépendants déclarent qu'elle est complexe et ne se délègue pas facilement, 55% la considérant « particulièrement ennuyeuse et fastidieuse » ! Autre critique, l'effort de trésorerie : selon cette étude, le délai moyen de remboursement d'un dossier par les complémentaires atteint 3 semaines et 3 jours. Pis, le tiers payant se traduit aussi par des pertes financières, puisque 49% des opticiens déclarent avoir des dossiers qui n'ont jamais été soldés. Selon l'étude, le nombre de ces derniers atteint 3,5%, soit une perte financière de 1,5% du chiffre d'affaires.

« Je trouve plutôt positif qu'une centrale d'achats aide les opticiens à se mettre à niveau. Il est nécessaire que les indépendants s'organisent pour être à armes égales avec les grandes enseignes. Concernant les chiffres, je souligne que nous avons un engagement contractuel de règlement des dossiers en dix jours. À ma connaissance, tous les assureurs qui travaillent avec Santé Pharma ont aussi pris ce délai maximal. »

Marianne Binst, directrice générale de la société de services Santéclair

Lacune technique

Face à ces constats, la CDO a décidé d'aider les indépendants adhérents à sa centrale d'achats avec un outil destiné à simplifier la gestion du tiers payant en magasin. Sous le nom évocateur de TP Zen, elle leur propose un concentrateur technique leur permettant d'externaliser cette tâche et de bénéficier d'avances de fonds sur les sommes en instance de paiement dans les complémentaires.

Cette solution vient d'une lacune technique : les logiciels « magasin » utilisés par les indépendants, qui représentent la moitié du marché, ne possèdent pas d'interface facilitant les échanges électroniques avec les complémentaires. « J'entends beaucoup d'opticiens dire qu'ils pratiquent du tiers payant sous forme papier », explique Fabrice Masson, directeur de la CDO, qui estime que c'est le cas pour plus des deux tiers d'entre eux. « En outre, le tiers payant est devenu un élément de négociation commerciale entre les opticiens et les complémentaires santé », ajoute-t-il. Le développement des réseaux (Carte blanche, Kalivia, MGEN, Santéclair, Sévéane, etc.) renforce ce phénomène. Face aux grandes chaînes très informatisées et bien organisées pour répondre à leurs appels d'offres, les indépendants se devaient de réagir.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 octobre 2020

ÉDITION DU 23 octobre 2020 Je consulte

Emploi

CEGEMA

Chargé de relation client Emprunteur H/F.

Postuler

Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS)

Expert Engins de chantier (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de services d'assurances 2021/2024.

Ville de St-Nabord

25 octobre

88 - ST NABORD

Assurance Prévoyance Statutaire.

Ville de Panazol

25 octobre

87 - PANAZOL

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Tiers payant : les opticiens indépendants s'organisent

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié