Voitures connectées : les automobilistes européens peu enclins à fournir leurs données

Voitures connectées : les automobilistes européens peu enclins à fournir leurs données
Le flux de données qui transitent par les objets connectés et donc la voiture connectée n'est pas encore régulé...

Une enquête publique* menée dans 12 pays européens par l'Automobile Club Association met en lumière le fossé qui existe entre les données collectables par une voiture connectée et celles que les automobilistes sont vraiment prêts à livrer…

« La data est un don, elle mérite un contre-don, c'est un contrat de confiance que les assureurs doivent faire signer. Le vrai Pay as you drive existera quand l’assuré aura le contrôle de chaque donnée qu’il offre à son assureur et qu’il en connaîtra chaque contrepartie », confiait le 23 février 2016 Jérôme Wallut, associé du cabinet ICP Consulting, à l’Argus.

Les résultats de la dernière étude* diligentée par l'Automobile Club Association lui donne raison. Destinée à comprendre le positionnement des automobilistes européens vis-à-vis de la voiture connectée, cette enquête d'opinion nous apprend que 76 % des personnes interrogées s’y intéressent, 6 % en possédent déjà une et 18 % en ont l'intention, motivés par l'amélioration de leur sécurité sur la route. Plus intéressant encore : une grande majorité des européens tient surtout à contrôler ses données et à décider avec quels fournisseurs de services ils les partageront.

Zoom sur les chiffres clés

  • 90 % des automobilistes pensent que les données sont uniquement détenues par le propriétaire ou l'utilisateur du véhicule,
  • 91 % d'entre eux aimeraient pouvoir stopper l'envoi des données.
  • 78 % des européens aimeraient, en cas de panne, pouvoir choisir eux-mêmes qui réparera leur voiture.
  • 95 % d'entre eux pensent qu'il faut un cadre législatif pour protéger leurs droits et les données collectées par les véhicules.

Cadre que la future règlementation européenne sur le traitement des données personnelles devrait contribuer à créer en 2018. Reste, cependant, un vrai vide juridique récemment pointé dans nos colonnes par l’avocat Alain Bensoussan.

Les inquiétudes des automobilistes portent, en fait, à 88 % sur la crainte de la divulgation d'informations personnelles, puis sur l'usage commercial de leurs données (86 %), le piratage du véhicule (85 %) et sa localisation (70 %).

* Enquête en ligne conduite par Research Now pour la FIA dans 12 pays européens auprès de 12 000 personnes (1 000 par pays). Les répondants sont des personnes entre 18 et 70 ans, vivant au sein d'un foyer comprenant au moins un véhicule et voyageant au moins une fois par semaine en voiture. La collecte des données a été effectuée entre le 25 septembre et le 12 octobre 2015.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 06 décembre 2019

ÉDITION DU 06 décembre 2019 Je consulte

Emploi

APREF

ADJOINT DU DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL H/F

Postuler

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrat de prévoyance.

Bourg Habitat OPHLM de Bourg en Bresse

06 décembre

01 - BOURG HABITAT

Marché de services d'assurances des risques statutaires.

Centre hospitalier de Blois

06 décembre

41 - BLOIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Voitures connectées : les automobilistes européens peu enclins à fournir leurs données

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié