Travailler sa prime de risques : quels avantages ?

Travailler sa prime de risques : quels avantages ?
©alexlmx - stock.adobe.com Financial Risk concept on the gearwheels, 3D rendering

Dans un environnement de taux bas, les primes de risque alternatives peuvent constituer à la fois une source de rendement potentiel et de diversification pour les investisseurs institutionnels. Elles prennent de plus en plus de place dans les portefeuilles, notamment chez les assureurs. Coup de projecteur sur les clés pour en tirer parti de façon optimale.

Une prime de risque désigne le rendement exigé par un investisseur afin de compenser une exposition à un risque identifié non diversifiable (risque systématique). Dans les années 1960, on considérait qu’il existait une unique prime de risque de marché. Celle-ci rémunérait les investisseurs faisant le choix d’une exposition systématique aux actifs risqués plutôt qu’à l’actif sans risque. Dans les années qui ont suivi, la recherche académique a démontré l’existence de facteurs de risque alternatifs offrant une prime à l’investisseur non expliquée par l’exposition au risque de marché : ce sont les primes de risque alternatives (PRA).

Un contexte favorable pour s’intéresser aux PRA

La situation actuelle caractérisée par des taux bas et des actions chères pousse depuis plusieurs années les investisseurs à se tourner vers des sources alternatives de performance décorrélées des marchés classiques. C’est dans cet environnement que l’on a vu émerger en Europe l’investissement dans les PRA. Initialement implémentées par les hedge funds (1), ces stratégies souffraient d’un manque de transparence et de liquidité. Ces freins ont progressivement disparu sous l’impulsion des développements importants effectués par les banques d’investissement, accompagnés par la montée en compétence technique des asset managers et des assureurs. Ces évolutions ont clairement favorisé la liquidité et la transparence sur ce segment de marché, permettant ainsi la démocratisation de l’investissement dans les PRA. Au-delà des actions, elles couvrent aujourd’hui un univers bien plus large de classes d’actifs et s’appliquent sur les taux, les devises, le crédit et les matières premières.

Les PRA sur les actions

Il existe cinq principaux types de primes de risque alternatives (PRA) sur la classe d’actifs des actions :
-    Le facteur Value trouve son fondement dans l’achat des titres sous-évalués supposés apporter une surperformance sur le long terme grâce à leurs fondamentaux solides. C’est un des plus anciens facteurs de risque.
-    Le facteur Momentum est basé sur la tendance qu’ont les titres performants à continuer de performer et inversement. Cette prime de risque est purement comportementale : elle est expliquée par l’incorporation graduelle de nouvelles informations dans les prix et par l’effet « moutonnier » des investisseurs qui achètent (vendent) des titres qui ont surperformé (sous-performé) récemment.
-    Le facteur Volatilité est basé sur la tendance des titres de faible volatilité à surperformer les titres à forte volatilité. Cette position, bien que contraire à la théorie financière, s’explique notamment par le comportement non rationnel des investisseurs particuliers qui crée une demande excessive pour les actifs à forte volatilité, ce qui les rend surévalués par rapport à leur fondamentaux.
-    Le facteur Taille s’appuie sur la capacité des petites entreprises à surperformer par rapport aux grandes. Ceci réside à la fois dans l’existence d’une prime de moindre liquidité et dans un potentiel de croissance plus élevé.
-    Le facteur Qualité est le plus récemment mis en évidence. Il consiste à favoriser les titres de haute qualité (profitabilité, croissance des bénéfices et niveau d’endettement…) au détriment des autres.

PRA : une source de rendement potentiel

Le rendement des PRA actions peut être évalué en construisant un indice PRA actions multifacteurs. Cet indice représente les facteurs Value, Momentum, Volatilité, Taille et Qualité. Le poids de chaque PRA actions multifacteurs est défini comme étant inversement proportionnel à sa volatilité, afin d’équilibrer les contributions de chaque stratégie au risque global de l’indice. On compare cet indice à un portefeuille caractéristique d’un investisseur institutionnel dit portefeuille type (2). Entre 2006 et 2018, l’indice PRA actions multifacteurs affiche des ratios performance/risque beaucoup plus attractifs. En outre, par rapport au portefeuille type, la volatilité affichée de l’indice est 3 fois plus faible.

Un axe de diversification

Le premier axe de mesure de la diversification est la corrélation historique entre l’indice PRA actions multifacteurs et le portefeuille type. Sur la période étudiée (2006-2018), celle-ci est en moyenne de 8 %. Le second axe mesure le comportement de l’indice PRA actions multifacteurs par rapport à d’autres variables de marché et économiques telles que le marché actions et taux, la liquidité, la croissance ou l’inflation. Selon cet angle d’analyse les deux risques principaux du portefeuille type (actions et taux) sont diversifiés par l’indice PRA actions multifacteurs.

En plus d’un couple performance/risque qui peut être attrayant, l’indice PRA actions multifacteurs apporte une vraie diversification par rapport à un portefeuille classique.

(1) Hedgefunds : fonds d'investissement non cotés à vocation spéculative.
(2) Portefeuille type : il est composé des indices Bloomberg Barclays Global Aggregate pour 70 % et MSCI World Developed Markets pour 30 %.

Contenu proposé par La Banque Postale Asset Management.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances statutaires groupement ESMS 65

Etablissement Public d'Accompagnement et de Soins des Hautes-Pyrénées 65

20 septembre

65 - CASTELNAU RIVIERE BASSE

Aménagement du CCAS

Ville de Ruelle sur Touvre

20 septembre

16 - Ruelle-sur-Touvre

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Travailler sa prime de risques : quels avantages ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié